Chronique : Siege and Storm de Leigh Bardugo

Capture d’écran 2017-11-07 à 14.31.00.png

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.40.58

http://amzn.to/2h8yqQb

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.35.11

Darkness never dies.
Hunted across the True Sea, haunted by the lives she took on the Fold, Alina must try to make a life with Mal in an unfamiliar land. She finds starting new is not easy while keeping her identity as the Sun Summoner a secret. She can’t outrun her past or her destiny for long.
The Darkling has emerged from the Shadow Fold with a terrifying new power and a dangerous plan that will test the very boundaries of the natural world. With the help of a notorious privateer, Alina returns to the country she abandoned, determined to fight the forces gathering against Ravka. But as her power grows, Alina slips deeper into the Darkling’s game of forbidden magic, and farther away from Mal. Somehow, she will have to choose between her country, her power, and the love she always thought would guide her–or risk losing everything to the oncoming storm.

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.36.34

On commence sur les chapeaux de roues.

Aujourd’hui donc, chronique sur le seconde tome de la trilogie des Grisha : Siege and Storm de Leigh Bardugo ! Je tiens à préciser avant toute chose qu’il y aura des spoils du tome 1 ici, cet article étant la chronique du tome 2 !

Comme vous l’avez peut-être lu dans ma chronique du premier tome, Shadow and Bone, j’avais beaucoup aimé le roman, et encore plus ses personnages.

Je peux maintenant vous dire que j’aime toujours autant les protagonistes, même si mes choix ce sont encore plus précisés.

Le Darkling est toujours aussi intriguant mais Mal est définitivement mon coup de cœur ! Je trouve qu’il est juste par-fait ! Il est touchant et tente de rester fidèle à Alina et de la protéger malgré son incompréhension totale de la situation (bon mêmes si parfois, c’est pas facile facile) Même si Alina m’a parfois énervé ( et Mal aussi, soyons sincère ) j’ai juste surkiffé ce tome !

J’ai beaucoup aimé les différentes personnalités. Une personne n’est jamais toute noire ou toute blanche et Leigh Bardugo nous l’a très bien fait ressentir.

Par contre, le manque de communication dans les couples de romans, on en parle ? DISCUTEZ BORDEL !

Un second tome à la hauteur de mes attentes.

Ici on va retrouver des rebondissements à n’en plus finir, ce qui n’a pas aidé mon pauvre petit cœur. Ça pète de partout, et même durant une accalmie on a toujours des nouveautés diplomatiques ou des complots intergalactiques. Le suspens et la tension sont toujours présents. Une vraie merveille. Je peux vous dire que j’ai fini le roman hier vers 23h, et il était hors de question que j’aille me coucher sans connaître la fin ! Le climax était tel que j’ai dû lutter jusqu’au bout pour ne pas aller jusqu’à la dernière page et lire la conclusion.

Tout a son importance.

J’ai aimé ce tome 2 qui n’est clairement pas un livre de transition. Il a sa place à part entière dans la trilogie et je ne vous dis pas à quel point j’ai hâte de me plonger dans le troisième et dernier tome (malgré le fait que je le laisse poser un peu histoire de ménager mon cœur et mon cerveau).

Tout est encore tellement confus dans ma tête que j’ai du mal à vous écrire cette chronique.

Hormis le fait que les couvertures soient super belles (faites pas semblant de pas avoir remarqué), l’histoire est à la hauteur du résumé et l’écriture de Leigh Bardugo est juste wouah !

On tient le bon bout les gars ! Courage !

J’ai surkiffé ma vie devant la relation Mal – Alina (même si faut avouer que ça cahote un peu jusqu’à la fin, et que même là, on ne sait pas trop où ils en sont – et eux non plus n’ont pas l’air, les pauvres)

Il n’empêche que je les trouve adorables ensemble et puis bon… Mal quoi. Si Le Darkling me plaisait beaucoup au départ du roman (et me plaît toujours car c’est un personnage très recherché), ma préférence a été vers Mal dès le début.

J’ai aimé le contre-pied qu’a pris l’auteur en décidant de faire l’histoire d’amour Mal-Alina, car dans la plupart des romans, le couple se serait plus porté sur Le Darkling et la Sun Summoner (aka Alina), avec sûrement une histoire de rédemption, de sauvetage amoureux ou que sais-je encore.

J’ai redécouvert des personnages, découvert, tout simplement de nouveau, et j’adore (Tamar et Tolya, je vous aime).

J’ai vécu avec les personnages, et je peux vous dire qu’à un moment donné, j’ai connu un sacré désespoir, énervement, envie-de-cassage-de-gueule.

Bref, que du positif (enfin sauf pour mon cerveau encore tout retourné), un coup de cœur: que demande le peuple ?!

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.38.05

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.49.10

Capture d_écran 2018-05-28 à 14.10.31


7 réflexions sur “Chronique : Siege and Storm de Leigh Bardugo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s