Everlasting de Juliette Pierce

Titre : Everlasting

Auteur : Juliette Pierce

Éditions : Inceptio

Tome : 1

Pages : 517 pages

Type : Science-Fiction

Prix : 19.90€

output-onlinepngtools(1)

https://amzn.to/2OhX2rh

output-onlinepngtools(2)

 

“ L’amour éternel existe et Soulmates vous le trouvera.”
C’est ainsi qu’Everlasting vend Soulmates, son logiciel révolutionnaire censé mettre fin au déclin inexorable de la natalité. Se soumettre au choix de l’algorithme, capable de trouver votre âme sœur, devient rapidement obligatoire. Sauf que les résultats d’As s’avèrent négatifs : « aucune correspondance dans la base de données ». Incapable d’envisager son futur sans cette âme sœur indispensable, As reprend finalement espoir quand Everlasting lui propose de tester une nouvelle version du logiciel… Seulement c’est au cœur du système que l’on en découvre les failles.

 

output-onlinepngtools(3)

Découvert sur Wattpad.

Quand j’ai vu Everlasting pour la première, j’étais sur Wattpad. Je farfouillais pour trouver ma prochaine lecture car on peut trouver pas mal de pépites (j’avais notamment découvert que le roman Royales de Camille Versi avait été publié sur Wattpad avant de devenir un format papier).

Bref, j’avais commencé à lire les premières lignes et le résumé et j’avais adhéré, du coup j’avais acheté le bouquin sur Amazon.

Ça ne commençait pas si mal.

L’univers était attrayant, j’aimais bien l’idée de me retrouver dans un monde un peu post-apocalyptique où on nous promet l’âme sœur grâce à un programme (aussi controversé que ça puisse être comme méthode).

Mon petit côté romantique rêvait déjà de l’amour éternel que promettait le logiciel Soulmates, et mon penchant rationnel était très intrigué par le fait que, paradoxalement, le fait que ceux qui n’avaient pas d’âme sœur étaient des rebus de la société.

J’avais pleins d’attentes et de l’imagination à revendre.

Oui mais voilà,

« Aimez qui vous voulez. Vivez comme vous voulez. Soyez ce que vous voulez être. Écoutez votre cœur, et rien d’autre. »

Une héroïne qui me sort par les yeux.

J’ai bien As au début ( à prononcer comme la carte et pas comme moi qui ai lu « Az » tout du long ). Elle avait du caractère, ne s’en laissait pas compter et ne pensait pas comme tout le monde.

C’était très bien. Au départ. Et puis elle a vite commencé à m’énerver avec sa négativité à toute épreuve. Je ne compte pas un moment où elle ne s’est pas plainte : une vraie Calimero, c’était insupportable.

Trop cynique à mon goût (et pourtant j’aime bien quand il y a des blagues noires ou des répliques bien senties), elle parlait beaucoup trop … pour ne rien dire. Tout au long du roman, je me suis juste retrouvée dans le cerveau d’As et ce livre ressemblait plus à un essai philosophique qu’autre chose sur ce qu’As pense de l’amour, sur ce qu’As pense des relations homme – femme (ou homme – homme ou femme – femme, vous m’aurez compris). Sur ce qu’As pense de la société, des obligations, de ce qu’on attend des gens.

BREF.

Fatiguant.

Je dirais même qu’As, étant donné le fait que ce livre est écrit à la première personne, est la principale raison du pourquoi du comment je n’ai pas adhéré au livre. Les autres personnages ne m’ont pas non plus convaincue.

Un constat pas très joyeux.

Je n’arrive pas encore à savoir si j’ai aimé ou pas le pessimisme de ce livre. Du début à la fin, on suit As et sa négativité, mais on constate aussi que toute la société est pourrie, peu importe les strates qu’on observe, et même si je sais que tout n’est pas tout beau ou tout rose, je trouve assez enfantin de voir tout en noir ou tout en blanc (c’était d’ailleurs cette nuance de gris que j’avais adoré dans In Real Life).

Je n’ai pas non plus accroché à la fin, qui est dans la même lignée que le roman (j’ai d’ailleurs lu un peu en diagonale les 3 derniers chapitres).

Surprenante sans l’être, elle nous étonne car on ne s’attend pas forcément à cette action de la part des personnages, mais ne nous surprend pas car tout le roman est fait de cette manière. Je l’ai trouvé assez tirée par les cheveux et pas assez chouette à mon goût. L’écriture assez lourde n’aura rien arrangé à l’affaire.

output-onlinepngtools(4)

2.5

 

Un commentaire sur “Everlasting de Juliette Pierce

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s