The Wicked Deep de Shea Ernshaw

Titre : The Wicked Deep : la malédiction des Swan Sisters

Auteur : Shea Ernshaw

Éditions : Rageot

Tome : 1

Pages : 384 pages

Type : Fantastique

Prix : 17,50€

output-onlinepngtools(1)

https://amzn.to/2LDtuCT

output-onlinepngtools(2)

C’est une histoire de vengeance… Il y a près de deux siècles, Marguerite, Aurora et Hazel Swan, trois jeunes femmes belles, libres et indépendantes, furent accusées de sorcellerie par les habitants de la ville de Sparrow. Des pierres accrochées aux chevilles, les trois sœurs furent noyées. Exécutées. Depuis ce jour, chaque année au mois de juin, les sœurs Swan sortent des eaux de la baie pour choisir trois jeunes filles, trois hôtes. Dans le corps de ces adolescentes, Marguerite, Aurora et Hazel reviennent se venger. Et cette année encore, Penny le sait, alors que les touristes afflueront, on retrouvera des cadavres de jeunes hommes sur la plage… Car cette malédiction, rien ne semble pouvoir l’arrêter.

output-onlinepngtools(3)Entre les sorcières de Salem et les sirènes.

Très sombre, assez malaisant voire un peu malsain, la force de The Wicked Deep est sans conteste son ambiance glauque que Shea Ernshaw a réussi à distiller au fil des pages.

Entre l’horreur des procès (peut-on vraiment parler de procès quand il n’y a pas de justice ?) de Salem et le mythe des sirènes qui chantent pour attirer les hommes dans leurs filets, Shea Ernshaw a réussi à créer un univers et une atmosphère dignes d’un bon film, loin du « cliché » Harry Potter avec les mages à baguettes, mais plus proche de l’idée que s’en faisaient les gens du moyen âge, et pour cause, les Swan Sisters sont mortes il y a plus de 200 ans !

Introspectif et pourtant addictif.

En lisant The Wicked Deep, il ne faut pas s’attendre à l’escalade de l’action ou à des explosions de partout. Bien loin de la surenchère, ce roman se veut doux dans son rythme, montant doucement et sûrement et, sans qu’on s’en rende compte, on a déjà lu 200 pages et on est accro.

L’histoire prend son temps mais n’est pas lente pour autant, et le rythme colle parfaitement au récit. C’est un livre hors du temps, qui ne s’occupe pas de ce que les romans jeunesses demandent, mais se fait sa propre place, sans s’attarder sur les clichés requis du Young Adult.

Peut-être que seuls ceux qui portent des cicatrices semblables peuvent les reconnaître chez les autres.

Une révélation comme un nouveau souffle.

On pourrait croire à un moment donné que l’histoire tourne un peu en rond, il n’en est rien et Shea Ernshaw nous le rappelle en nous balançant une petite bombe au milieu du roman, ramenant à la locomotive les wagons qui auraient pu se décrocher.

On n’en croit pas nos yeux et on a envie que d’une chose : bouffer le roman d’un coup pour connaître la finalité de l’histoire.

Il y a ce suspens pesant, ces non-dits qui nous feraient presque devenir fous. Ambiance sombre et glauque, on sent que quelque chose de beaucoup plus gros se cache derrière tout ça.

Ceci n’est pas un spoil mais ça vous enlève une possibilité en terme de fin donc si vous aimez avoir 30 suggestions dans votre tête, ne lisez pas la phrase qui va suivre :

J’ai aimé que l’histoire des Swan Sisters soit réelle, qu’elles existent vraiment et qu‘on ne découvre pas à la fin, comme dans beaucoup de romans, qu’au final ce n’était qu’un complot et qu’il n’y a jamais rien eu de paranormal mais juste des gens complètement dingues. Ici tout est réel, peut-être un peu trop même.

Humains.

Les personnages le sont, sans aucun doute, et je me rends compte que c’est ce qui m’attire de plus en plus dans les romans. Pas de caractère de feu qui explose pour un oui ou pour un non, pas de timidité excessive non plus et de « faux mystères« .

En bref, pas de super héros ou de antihéros. Juste des protagonistes qui sont là pour vivre leur vie, comme on pourrait vivre la notre. Je me suis notamment beaucoup identifiée à Penny (pas sur tout, mais j’ai trouvé que, par certains points de caractère, je lui ressemblais).

J’ai aussi beaucoup aimé Bo qui est mystérieux mais pas pour faire joli. Il a de réelles choses à cacher et ne s’en sert pas pour jouer son bad boy.

output-onlinepngtools(4)

4.5

9 commentaires sur “The Wicked Deep de Shea Ernshaw

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s