Chronique : Warcross de Marie Lu

capture d_écran 2019-01-18 à 17.35.15

Amazon

https://amzn.to/2DkWkE5

résumé
La vie est dure pour Emika, 18 ans, criblée de dettes, et qui survit comme chasseuse de primes dans les entrailles de Manhattan. Aussi, bien décidée à fuir cette réalité, la jeune femme chausse ses lunettes connectées et plonge dans l’univers fantastique du jeu en réseau le plus incroyable
jamais inventé : Warcross. Mais quand elle pirate la finale du grand tournoi de l’année, elle est repérée par l’intrigant créateur du jeu : Hideo Tanaka, un jeune et beau génie dont les fans se comptent par millions. Emika sent pourtant que les intentions d’Hideo dépassent le cadre de Warcross et pourraient bien faire vaciller la frontière fragile entre réel et virtuel…

monavis

Quand 2 passions se réunissent pour n’en former qu’une.

Je l’avais repéré à sa sortie, il ne m’avait rien dit. Je l’avais emprunté il y a 6 mois à la médiathèque et je ne l’avais pas lu. Et puis je l’ai réemprunté en désespoir de cause et je l’ai adoré.

Je me demande encore comment j’ai fait pour passer à côté et ne pas voir tout le potentiel qu’il refermait au bout de tant de temps. J’adore la lecture, j’adore les jeux vidéos, en toute logique, j’aurais dû me précipiter dessus avant même sa sortie – mais bon, depuis le temps, on aura compris que je ne fonctionne pas à la logique.

Entre virtuel et réalité.

Je me suis toujours demandée ce qu’il se passerait quand la technologie prendrait le pas sur notre vie réelle. Sans vouloir paraître pessimiste ou alarmante, il faut bien avouer que c’est déjà un peu le cas et que ça ne va pas aller en s’arrangeant dans les prochaines années. Au fur et à mesure, elle prend de plus en plus de place dans notre vie sans qu’on s’en rende compte. Alors je me dis parfois : à quand un Neurolink chez nous ?

Un monde virtuel dans lequel on pourrait jouer, mais aussi enjoliver sa vie, modifier son physique, embellir sa maison.

C’est à partir du moment où tout devient possible qu’on se rend compte qu’il devient plus compliqué de faire la différence entre la vraie vie et le virtuel, qu’on ne sait plus ce qui les sépare vraiment et qu’on en vient à se demander si le virtuel ne deviendrait finalement pas le réel.

Citation - Warcross 1

La folie des grandeurs ?

Toujours dans la même lignée, le livre montre qu’on tend vers le toujours plus. Toujours plus de performance, toujours plus de fictif, toujours plus de technologie, et toujours plus de manipulation.

En tout cas, pour ce qui est de la plume de Marie Lu (que j’avais d’ailleurs adoré dans Young Elite), c’est toujours plus de dynamisme et de légèreté, toujours plus d’immersion dans les univers qu’elle créé et qui sont tous si originaux et bien montés.  Il en va d’ailleurs de même pour les personnages qui sont vraiment tellement intéressants. Autant physiquement que mentalement. On a tant de différence autant en termes d’ethnies, orientations sexuelles ou handicapes, c’est vraiment génial. Chacun ses faiblesses, chacun ses forces et le tout combiné donne un super roman et des protagonistes du feu de Dieu. Il y a de l’action, et c’est tout ce qu’on demande !

Une fin prévisible ?

Un peu mais pas trop. Par là j’entends que j’avais deviné certaines choses, notamment l’identité de 0, mais pas tout. Je n’en dirais évidemment pas plus mais j’ai été surprise. En tout cas, ce que je garderais de ce roman est sa référence à Leeroy Jenkins de WoW (si vous l’avez aussi remarquée, faites moi un p’tit signe) et l’histoire qui se rapproche de Star Wars même si on est encore bien loin de la guerre des étoiles.

 

Note - Warcross 1.jpg

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s