Chronique : Outlander : Le talisman de Diana Gabaldon

Capture d’écran 2018-11-26 à 10.07.14.png

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.40.58

https://amzn.to/2TyO6y3

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.35.11

Là, elle révèle à Brianna l’incroyable secret qu’elle n’a jamais dévoilé depuis qu’elle fut retrouvée inanimée auprès d’un menhir, dans un ancien site mégalithique, après trois années d’une absence inexpliquée. Ce second volet des aventures de Claire Beauchamp à travers l’Histoire entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l’Ecosse où ils sont devenus hors-la-loi, Claire et Jamie, le jeune Highlander qu’elle a épousé, gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d’Ecosse et d’Angleterre, venu solliciter l’appui de son cousin Louis XV. Leur objectif : décourager ses tentatives d’accession au trône qui, Claire le sait, marqueraient à coup sûr le début d’une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l’Histoire. Pour cela, il devra affronter un monde sans pitié où il ne pourra compter que sur lui-même et la force de son amour avant de découvrir, à ses dépens, qu’on ne joue pas impunément avec la destinée humaine.

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.36.34

Du plaisir de se replonger dans l’écriture de Diana Gabaldon.

Outre l’histoire en elle-même dont je suis complètement fan, il y a un bonheur que je ne boude pas avec Outlander, et c’est tout simplement de le lire. De le lire et de m’imprégner de cette manière si particulière et, selon moi, si parfaite qu’a d’écrire Diana Gabaldon. Descriptive mais jamais lourde, imagée et pleine de sentiments. Elle arrive toujours à me transporter dans son univers de capes et d’épées, de machinations et de traquenards. Mais aussi d’amour et de douceur, malgré toute cette violence.

Une bronchite m’avait tenue éloignée de ce second tome que j’ai mis beaucoup plus de temps que ce que je pensais à lire, mais je suis heureuse de l’avoir enfin terminé ! Je progresse dans la saga et je suis fin prête à entamer le tome 3 !

Une nouvelle variation de paysages.

J’avoue que les Highlands m’ont un peu manquées. Les étendues vertes, l’odeur de la pluie et de la terre, les plaines à perte de vue. Cependant, je pense que le changement de décor est aussi le point fort de ce livre. Il permet de renouveler la charte graphique de l’histoire, et de rendre le lecteur encore plus heureux une fois de retour en Écosse.

Autant j’adorais les Highlands et ses couleurs naturelles, marron, vert, ocre, autant j’ai été agréablement surprise par les tons plus vifs de la France, à coup de robes magnifiques, de coiffures totalement folles et de mobilier tous plus spéciaux les uns que les autres. Les nouvelles personnalités Françaises changent aussi de celles qu’ont a eu l’habitude de côtoyer en Écosse, et le renouveau fait clairement du bien.

En parlant des personnages !

Autant vous le dire tout de suite, même si je ne suis pas contre une Écosse indépendante, le Bonnie Prince Charlie, je le mettrais à la poubelle sans aucune hésitation. Il est tellement imbuvable, arrogant, imbu de sa personne qu’à chaque fois que je lisais un passage sur lui, j’avais envie de l’étrangler. Clairement, cet hurluberlu ne représente pas la sauvagerie et le courage à l’Écossaise.

Claire a toujours ces accès de colère et ces caprices qui me donnent souvent envie de la gifler, voyant toujours par elle-même. Tandis que Jamie reste parfait (enfin presque, il y a une scène en France qui m’a donné envie de l’émasculer, mais passons) à essayer de faire des concessions, de trouver des arrangements, Claire, au final, gagne toujours les « combats » même quand ses envies sont complètements idiotes et vides de sens. Le cliché de la fille pourrie gâtée qui ne supporte pas qu’on lui dise non.

J’ai aussi trouvé qu’il y avait trop de scènes de sexe inutiles – ce que la série a très bien réussie à enlever, en ne gardant que celles « importantes ».

De l’Histoire sans en être, mais ça me passionne toujours autant.

Il est évident qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce qui est dit dans cette saga. Cependant, je me suis découverte une petite passion pour l’Histoire et je n’ai de cesse de me renseigner sur l’Écosse de l’époque, mais aussi sur d’anciennes civilisations (notamment les vikings).

Moi qui n’étais pas une grande adepte des romances historiques, je me surprends de plus en plus à aimer ces contextes qui, tout en étant assez fermés à l’imagination, permettent plus de liberté (moins de contraintes légales à l’époque que maintenant, par exemple).

En bref, une lecture qui fait du bien, qui divertie, mais qui nous en apprend beaucoup aussi ! Vive la suite !

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.38.05

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.49.16


4 réflexions sur “Chronique : Outlander : Le talisman de Diana Gabaldon

      1. Oui, exact ce sont de gros pavés ! ça faisait un petit moment que j’avais lu le premier, et comme je viens de reprendre un peu la série, ça m’a donné envie de me replonger dans les bouquins ahah 😀

        J'aime

      2. Oui c’est pareil pour moi ! En voyant que la saison 4 était de sortie, j’ai repris la série depuis le début, et puis je me suis dis : allez hop, on complète par les bouquins ! Et puis de fil en aiguille, je me dis que je la finirais bien un jour cette saga ^^

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s