Chronique : Blackwing : la marque du corbeau de Ed McDonald

 

Capture d_écran 2018-06-09 à 11.03.00Capture d_écran 2018-05-28 à 13.40.58

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.35.11
Sous son ciel brisé et hurlant, la Désolation est une vaste étendue de terre ravagée, née quand la Machine, l’arme la plus puissante du monde, fut utilisée contre les immortels Rois profonds. De l’autre côté de ce désert, grouillant de magie corrompue et de spectres malveillants, les Rois et leurs armées observent encore – et attendent leur heure…
Pour Ryhalt Galharrow, la Désolation n’a pas de secrets. Chasseur de primes armé pour affronter les hommes comme les monstres, il la traverse en quête d’une jeune femme aux mystérieux pouvoirs. Quand il se retrouve pris dans une attaque qui n’aurait jamais dû être possible, émanant des Rois profonds eux-mêmes, seule l’intervention inattendue de celle qu’il recherche lui sauve la vie.
Jadis, cette femme et lui se connaissaient bien. Voilà qu’ils se redécouvrent au milieu d’une conspiration qui menace de détruire tout ce qui leur est cher, et qui pourrait mettre un terme à la trêve fragile de la Machine…

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.36.34

Une chronique qui s’avère bien compliquée à écrire.

Si vous me connaissez ou que vous suivez un peu mon blog, vous n’êtes pas sans savoir que mon dada à moi, c’est l’imaginaire. C’est l’imaginaire, et pourtant, j’ai toujours autant de mal avec la fantasy pure et dure et encore plus avec la dark fantasy. C’est du coup avec autant d’excitation et d’appréhension que je me suis lancée dans mon tout premier roman de dark fantasy (j’avais déjà essayé avant avec Pierre Bordage mais n’avais pas réussi à le terminer). J’ai donc demandé à Netgalley s’ils voulaient bien gentiment faire suivre à Bragelonne mon envie de lire ce gros bouquin qu’est Blackwing.

Noir, c’est noir :

Il n’y a plus d’espoir. C’est clairement ce que tente de nous montrer l’auteur tout a long de ce roman. Ici, on est dans de la dark fantasy, et il veut nous le faire savoir ! Message reçu 5/5, je sais où j’ai atterri mon capitaine !

L’ambiance est sombre. Les personnages évoluent la plupart du temps dans un endroit nommé La Désolation, avec des bestioles horribles qui y vivent à temps plein. Les personnages ne sont guère mieux lotis et les intrigues qui les entours sont loin d’être joyeuses ou légères.

Ryhalt Galharrow, un personnage principalspécial.

Déjà, merci monsieur Ed McDonald de nous faire des personnages avec des noms aussi compliqués à retenir. Franchement, y’a pas idée. J’ai bien mis une petit centaine de page avant de me souvenir complètement de ce patronyme ! M’enfin, s’il n’y avait que la patronyme de spécial, ça passerait encore, mais là, clairement, le bonhomme, il a un peu un grain.

Alors je sais que ce genre de protagoniste fait partie intégrante de la dark fantasy, mais le notre a été amoché par la vie et son esprit est bien torturé. Je ne l’ai pas trouvé super agréable, et j’ai constaté que ça tournait beaucoup autour de : « Je m’appelle Ryhalt Galharrow, je fais 2 mètres et je suis costaud, je suis un capitaine donc tout le monde il baisse le regard quand je les croise et ils mouftent pas« . Alors au début c’est cool, presque marrant limite, m’enfin après plus de 200 pages, quand ça revient à presque tous les chapitres, c’est lassant.

Beaucoup de longueurs.

Personnellement, j’aime les livres dynamiques avec des dialogues intéressants et de belles descriptions qui servent le récit. Or ici, la plupart du temps, il n’y a rien de tout ça. Je ne sais pas si ma chronique est aussi négative à cause du fait que je ne sois pas une grande fan de dark fantasy, mais j’ai tout de même trouvé que l’auteur donnait beaucoup dans la description inutile, longue et pompeuse.

Pour exemple, sans spoil, une bataille à lieu à la fin du roman, et elle prend bien 20% du livre. Au début, c’est intéressant, passionnant même. Au bout d’un moment on se lasse et on a qu’une envie : finir le bouquin.

L’intrigue stagne et en fait je n’ai rien trouvé de passionnant et à un moment donné je me suis même demandée comment l’auteur avait fait pour écrire autant sur … ça.

Je n’ai pas été une grande fan de la romance non plus. Certain diront qu’elle n’est le centre de l’histoire, mais moi je l’ai trouvée bien trop présente à mon goût.

À voir donc, pour ceux qui aiment la (dark) fantasy. Moi ça ne m’a clairement pas emballé.

Pas fait pour moi ?

J’ai mis plus d’un mois pour lire ce livre et je pense clairement que les univers de ce type sont peut être trop sombres et denses pour moi. J’ai un côté sensible qui fait que j’ai besoin de mes petites histoires d’amour toutes belles toutes propres et de personnages, si ce n’est beaux, avec un nombre de doigt normal et un nez au milieu de la figure.

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.38.05

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.49.51

pro_reader_120

 


11 réflexions sur “Chronique : Blackwing : la marque du corbeau de Ed McDonald

  1. Ah, dommage ^^ Plutôt que le genre, peut-être était-ce le livre qui n’était pas fait pour toi ? 🙂
    Enfin, si tu aimes les histoires où l’action prédomine, je pense que le rayon YA devrait fournir ce que tu attends, surtout en imaginaire (je ne t’apprends rien ^^).
    Je vais quand même essayer de te conseiller une saga de dark fantasy que j’ai adorée et où il y a beaucoup d’action : Les bannis et les proscrits de James Clemens 😉. Sait-on jamais, elle pourrait te plaire 🙂

    J'aime

    1. Je prends note pour les 2 sagas que tu me conseilles ! Mais oui j’avoue que j’aime le YA parce que ça me permet de lire des littératures de l’imaginaire sans trop me prendre la tête et réfléchir ^^ j’ai aussi du mal avec la dark fantasy en général parce que je trouve ça trop cru pour moi en fait (genre j’ai l’impression que y’a pas UNE personne qui peut être normal dans une saga de dark fantasy genre ils ont tous des doigts en moins, ils se pissent et se vomissent dessus sans aucune classe dès qu’un truc arriver y’a des tripes partout BEURK *âme sensible* ^^

      Aimé par 1 personne

      1. Je pense ^^ parce que j’avoue que le côté « dark » me met un peu mal à l’aise justement ^^ j’ai un peu du mal avec tous les gens de fantasy il y en a tellement que je ne sais pas vraiment vers lesquels me tourner pour apprécier ma lecture ^^

        Aimé par 1 personne

      2. C’est sûr qu’il y a pas mal de sous-genres ^^ Et puis, parfois, certains livres ne rentrent dans aucune catégorie, donc il y a de quoi s’arracher les cheveux, c’est vrai LOL
        Après, tant que ça reste un genre de l’imaginaire, n’hésite pas à te lancer si le synopsis te plait. Tu finiras par savoir instinctivement ce qui peut te convenir ou non 😉

        J'aime

  2. XD j’avais vu l’auteur en conférence aux Imaginales et il était assez sympathique, je crois qu’il parlait d’une autre de ses sagas parce que ça parlait d’un gamin assassin et de sa préceptrice. M’enfin du coup, ça me donne pas vraiment envie de me pencher plus sur la question ^^
    Kin

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s