Chronique : D’Encre, de Verre et d’Acier de Gwendolyn Clare

Capture d_écran 2018-06-07 à 14.50.11Capture d_écran 2018-05-28 à 13.40.58

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.35.11

Et si on pouvait vraiment créer un monde avec de l’encre et du papier ?
Avec la bonne plume, le bon papier et en respectant des règles complexes, il est désormais possible de voir naître sous ses doigts un nouveau monde. Cette nouvelle branche de la science, la scriptologie, connaît deux adeptes hors du commun : Jumi da Veldana et sa fille Elsa sont nées, comme l’univers d’où elles viennent, sous les doigts d’un scriptologue. Mais elles se sont révoltées et ont elles-mêmes appris, à leur tour, les secrets de cet art, et repris le contrôle de leur petit paradis.
Leur bonheur ne dure pas : Jumi cache un noir secret et disparaît, enlevée sous les yeux de sa fille, qui doit s’aventurer dans le monde réel pour retrouver sa trace. Des canaux d’Amsterdam aux rues du Pise, elle finit par trouver refuge dans une véritable  » maison de fous  » appartenant à l’ordre d’Archimèdes, c’est-à-dire une institution où scriptologues, alchimistes et mécaniciens peuvent venir se mettre à l’abri, étudier et travailler en compagnie d’autres scientifiques. C’est aussi un pensionnat, dont les élèves l’observent avec beaucoup de curiosité – au premier rang d’entre eux, Léo, un mécanicien de génie, avec qui sa rencontre fait des étincelles. L’aide promise à Elsa par l’ordre tardant à se concrétiser, la jeune fille décide de prendre les choses en main. Et ce n’est pas peu dire. Car Elsa, elle aussi, dissimule un secret…
Saura-t-elle réparer par l’écriture un univers devenu fou ? Elsa va devoir apprivoiser les règles de ce nouveau monde et se faire à la complexité des relations humaines si elle veut parvenir à retrouver la trace de sa mère. Passé tragique et ténébreuses conspirations, mondes de poche et armes ultimes : suivez cette héroïne armée d’encre et de papier dans une aventure pleine de charme et de suspense !

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.36.34

Un rêve qui, hélas, ne deviendra pas réalité.

Car franchement, qui n’a jamais ne serait-ce qu’imaginé à quel point ce serait cool de pouvoir écrire un truc et de le voir prendre vie ? Moi, en tout cas, sans aucune hésitation. Forcément donc quand j’ai lu le résumé, que j’ai su c’était de chez Lumen et que j’ai vu la couverture, je me suis dis : Banco, ce livre, il est pour moi.

Eh ben en fait, non. Et quelques explications s’imposent.

Je voulais vraiment y croire.

Genre, vraiment. Et puis les premières pages ont été tournées, et j’ai commencé à me dire que, finalement, ce livre, ben il serait pas si cool à lire que ça. Tout d’abord à cause de l’intrigue. Je m’attendais à autre chose. Je pensais voir la manière dont on créait un monde de A à Z, voyager dans plusieurs d’entre-eux (chose que l’on fait mais pas du tout assez à mon goût), bref, j’étais vraiment à côté de la plaque au niveau de mes attentes quant à ce roman, mea culpa.

J’y ai retrouvé des clichés à la mord-moi-le-nœud (ouf, j’ai réussi à l’écrire), genre que les italiens parlent forcément à grand renfort de gestes ridicules.

Une vraie tête à claque !

Je ne sais pas combien de fois j’ai levé les yeux au ciel, j’ai soupiré ou encore refermé le livre en me disant : Non mais sérieux ? C’est vraiment toi l’héroïne du livre ? Je vais devoir me coltiner ta tronche durant TOUT le roman ? Déjà que j’ai un urticaire avec le prénom Elsa depuis la reine des neiges, alors là (désolée pour toutes les Elsa, à la base, je le kiffais ce prénom, je vous jure.)

Bref, une vraie gamine pourrie gâtée qui se croit adulte et mature et qui veut prouver au monde entier que, de toute façon, elle est ultra forte, qu’elle a besoin de personne et que c’est un p’tit génie (parce que vous comprenez, elle peut pas trop se permettre de ressentir des choses parce qu’elle a trop peur d’être blessée et de faire confiance aux autres blablabla *vomis* #yenamarredesclichés !)

PLOT HOLE ?!

Je ne vais pas vous spoiler, parce que c’est dit dans la quatrième de couverture longue comme ma (oulah, on a failli devenir beauf ici), mais à un moment donné y’a un gros bug avec le monde dans lequel elle vit (le monde qui a été scripté, scriptologué … BREF), et genre elle a peur qu’il soit détruit SAUF QUE… Là mon petit cerveau s’est mis à marcher à 40 000 à l’heure… SI et je dis bien SI son monde était détruit… elle aussi devrait l’être puisqu’au final elle n’est qu’une ligne d’écriture sur un bout de papier (mon Dieu, ce livre ferait-il référence à notre programmation moderne ?).

Bref, entre ça et les hypothèses que le lecteur (et les personnages) ont à peine le temps de faire parce que tout est révélé beaucoup trop vite (dans le genre j’ai un lourd secret que je peux pas dire mais que je vous le révèle à notre troisième jour de rencontre, on a le jack pot, et c’est pareil pour le côté, j’peux pas te faire confiance mais j’vais presque tomber raide dingue in love en moins de temps qu’il n’en faut pour dire salopette).

Des points positifs ?

Franchement je ne sais pas, je pense que ma réaction est trop à chaud pour en trouver, même si je dirais que la couverture – même si ça reste superficiel – est un gros point de lumière pour ce roman. J’ai aussi beaucoup aimé lire chaque en-tête en début de chapitre.

Si je n’ai pas apprécié plus que ça l’écriture de l’autrice dans sa globalité, je dois avouer qu’il y a des phrases qui me sont quand même restées dans la tête (je prévois d’ailleurs un article Top Ten Tuesday pour la semaine prochaine sur mes 10 citations préférées de livre, et une de ce roman en fera partie). Je dirais que si les personnages m’ont laissée de marbre et que le livre ne m’a (clairement) pas transportée, je l’ai tout de même lu rapidement (environ 3 jours). Les pages se tournent vite et on ne voit pas le temps défiler, qu’on passe un bon moment ou non.

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.38.05

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.49.51

 


31 réflexions sur “Chronique : D’Encre, de Verre et d’Acier de Gwendolyn Clare

    1. Bon … franchement… je pense que tu peux voir à ma chronique que je ne te le conseillerais pas ! Pour tout avouer je l’ai plus que lu en diagonal sur la fin en mode on saute des chapitres tellement c’est saoulant à force ! Je suis tellement déçue parce que perso j’attendais beaucoup de cette lecture ^^

      J'aime

      1. Oh non mais je te jure j’étais remontée comme une pendule ! J’étais tellement en colère tout au long du livre que je prenais des notes (chose qui ne m’arrive presque jamais) pour expier tout mon mécontentement dans ma chronique ^^

        Aimé par 1 personne

      2. Ahaha quand même ! Ça ne m’est jamais arrivé ce genre de truc :’)
        Pauvre Elsa…
        La prochaine fois il faudra me consulter pour savoir si un livre est bien, avec mon instinct incroyable ahaha

        J'aime

      3. Mon problème c’est que j’ai tendance à acheter un livre en mode gros coup de coeur… à cause des couvertures (bon je lis le résumé aussi hein, mais c’est la couverture qui m’attire l’oeil d’abord) , du coup… ça passe ou ça casse ^^

        Aimé par 1 personne

      4. Je n’aime pas trop lire le chronique avant de lire un livre, parce que justement ça peut influer mon avis et parfois en mal (genre si je lis une mauvaise chronique je vais partir avec un à priori tel que ça va gâche ma lecture), du coup je les lis, mais après ^^

        Aimé par 1 personne

  1. J’avais lu énormément de bons avis sur ce livre et je devrais bientôt le lire mais j’avoue que comme toi, la couverture représente une des raisons majeures lors de mes achats. J’espère en tout cas moins lever les yeux au ciel que toi lors de ma lecture…

    Aimé par 1 personne

  2. Ta chronique m’a fait beaucoup rire ! J’avais lu de bons avis sur ce livre, c’est bien dans lire des mauvais aussi car ça me donne envie de me faire mon propre avis 🙂 Après, l’histoire des lignes d’écritures qui prennent vie ça me rappelle beaucoup Coeur d’Encre de Cornelia Funke. J’espère qu’il n’est pas trop ressemblant ^^ »

    Aimé par 1 personne

    1. Je me mêle un peu de ce qui ne me regarde pas, mais comme j’ai lu D’encre, de verre et d’acier et Coeur d’encre… ^^ Honnêtement, ça n’a rien à voir, enfin je trouve. Dans Coeur d’encre, c’est beaucoup plus axé magie, alors que dans D’encre, de verre et d’acier, l’auteure a fait de cette faculté une science à part entière 🙂

      J'aime

  3. Eh bien moi, je ne trouve pas la couverture oufissime, c’est le synopsis qui m’avait convaincue ^^. Je comprends ton ressenti pour cette lecture, je suis globalement assez d’accord sur chacun des points que tu as abordés (sauf pour Elsa), même si le côté négatif est plus atténué chez moi.

    J’attends de voir la suite pour juger 😉

    J'aime

  4. autant j’ai adoré la couverture, autant la quatrième de couverture m’a totalement déstabilisé. pourquoi un résumé aussi long et si peu clair ? et tu dis que l’héroïne est ignoble, avec un univers bombardé de clichés.. je vais passer mon tour.. alors que l’idée de base, celle de créer via papier et crayon me semblait fabuleuse 😦

    J'aime

    1. J’adorais la couverture, et je n’avais pas lu la quatrième de couverture à proprement parlé (j’avais un résumé plus concis sur un blog).
      Mais ouais grosse déception pour moi. L’héroïne a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour moi , une vraie tête à claque ! Si tu veux du bon Lumen, lance toi dans la trilogie The Curse, ça vaut bien mieux ! Des héros matures, du suspens et une histoire de fond vraiment travaillée ^^

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s