Chronique : The hearts we sold de Emily Lloyd – Jones

Capture d_écran 2018-05-30 à 13.19.30

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.40.58

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.35.11

Dee Moreno is out of options. Her home life sucks (to put it mildly), and she’s about to get booted from her boarding school–the only place she’s ever felt free–for lack of funds. But this is a world where demons exist, and the demons are there to make deals: one human body part in exchange for one wish come true.

The demon who Dee approaches doesn’t trade in the usual arms and legs, however. He’s only interested in her heart. And what comes after Dee makes her deal is a nightmare far bigger, far more monstrous than anything she ever could have imagined. Reality is turned on its head, and Dee has only her fellow « heartless, » the charming but secretive James Lancer, to keep her grounded. As something like love grows between them amid an otherworldly threat, Dee begins to wonder: Can she give James her heart when it’s no longer hers to give?

In The Hearts We Sold, demons can be outwitted, hearts can be reclaimed, monsters can be fought, and love isn’t impossible. This book will steal your heart and break it, and leave you begging for more

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.36.34

Des difficultés à démarrer cette chronique.

Autant le dire, clairement, j’ai du mal à donner mon avis sur ce livre. Ça va faire 5 bonnes minutes que je regarde l’écran de mon PC et que je reste devant sans savoir trop quoi faire. Je commence à écrire une phrase, puis je l’efface, puis je la réécris, puis je la rééfface en en mettant une autre, bref, pour le moment, l’inspiration n’est pas vraiment là.

Déçue ?

Un petit peu, il faut bien l’avouer. Je n’ai pas réussi à accrocher comme je l’aurais voulu. Premièrement aux personnages, qui m’ont franchement laissée de marbre, mais aussi à l’histoire en elle même, qui n’a pas été assez développée pour permettre aux lecteurs de vouloir en savoir plus.

Pourtant un résumé prometteur.

Et une belle couverture aussi, qui donnait envie en tout cas. Mais pour rester dans le côté pragmatique, c’est vrai que la quatrième de couverture m’avait tapée dans l’œil. Des démons, des cœurs échangés, une histoire d’amour qui allait se développer, ça ne présageait que du bon.

Hélas non. Car comme je le disais au dessus, l’intrigue n’a vraiment pas été développée. Je ne peux pas dire que ce soit un coup de gueule parce que c’est faux, mais The Hearts We Sold fait parti de ce genre de roman qui nous laisse tellement un effet « Bof », qu’on ne peut pas lui mettre un zéro mais on ne peut clairement pas lui mettre au dessus de la moyenne non plus.

Peu compréhensible.

J’ai l’habitude de lire en anglais, donc je ne pense pas que ce soit une question de vocabulaire, de grammaire de conjugaison ou que sais-je encore. Mais pourtant, j’ai eu du mal à comprendre l’histoire. Il n’y avait pas assez de rebondissements à mon goût, et les choses n’étaient pas forcément bien expliquées.

Pas passionnant.

Franchement, c’est ce qui me restera de cette histoire. J’ai eu du mal à la terminer et j’avoue avoir lu la fin en diagonale, parce que clairement, je ne me suis pas laissée embarquer dans l’histoire. J’ai trouvé ça lent et un peu planplan, et ça a pénalisé ma lecture.

Je ne pourrais cependant pas mettre en dessous de la moyenne parce que ce n’est pas un livre que j’ai détesté en soi.

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.38.05

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.49.44


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s