Chronique : Frisson de Maggie Stiefvater

Capture d_écran 2018-01-05 à 22.07.43
Grace, 17 ans, vit dans une petite ville du Minnesota, aux abords d’une forêt. Son enfance a été marquée par l’irruption d’une meute de loups qui l’a attaquée. L’un des animaux l’a sauvée et depuis, un lien étrange s’est établi entre la jeune fille et le loup. Ombre à la fois protectrice et inquiétante, il rôde autour de la maison isolée. La mort brutale d’un élève du lycée de Grace déclenche une réaction violente : la ville entière lance des chasseurs à travers la forêt. Tous les animaux ne parviennent pas à échapper aux balles… le loup de Grace est touché. Quelques heures plus tard, elle retrouve sur le pas de sa porte un jeune homme blessé, au regard étrangement familier.

Capture d_écran 2017-11-07 à 14.10.52

http://amzn.to/2miSv8D

Capture d_écran 2017-11-07 à 13.48.14

Il y a à peu près 5 ou 6 ans de ça, j’avais lu Frisson de Maggie Stiefvater, et j’avais adoré. Et puis j’avais lu le second tome et complètement oublié de lire le troisième (car il n’était pas encore sorti). Du coup, quand je l’ai vu à la bibliothèque, je me suis dis : tiens, pourquoi pas me replonger dedans ?

Et c’est ce que j’ai fait, à mi-tort, mi-raison. Mi-tort, parce que j’ai eu du mal à le finir. Long (presque 500 pages en grand format), quand j’ai refermé le livre je me suis dis qu’au final, il n’y avait pas grand chose qui se passait.

Qu’on se comprenne, le style narratif est très bien, et c’est une des premières fois que j’ai réussi à lire un livre avec entrain, dans lequel il n’y a presque pas de dialogue et énormément de description.

On suit les personnages, leurs pensées et leurs états d’âme tout au long du roman et si ça ne m’a pas dérangé pendant un certain temps, j’avoue que vers le milieu du roman ça a commencé à un peu me peser.

Pour ce qui est de l’histoire, à l’époque et encore aujourd’hui, j’avais adoré la trame originale. OK, les loups garou sont basiques, mais la manière dont ils sont traités l’est moins. En effet, ce qui provoque la transformation en loup est la température. La chaleur leur permet de rester humain tandis que la fraicheur les transforme en loup. J’ai trouvé ça très original et c’était la première fois que je voyais ça.

La première fois aussi que j’avais autant de pression quant à une histoire d’amour. En effet, si le froid les transforme, plus les années passent et moins il leur est possible de redevenir humain sans une température déraisonnablement haute.

On vit avec la constante pression autour de nous, sachant que, un jour, Sam ne se transformera plus en humain, et on essaie, tout comme Grace, de vivre chaque moment avec lui. J’ai ressenti un grand vide aussi, un pincement au cœur même, en voyant toute la famille de Sam s’évanouir peu à peu dans la nature. Ce sentiment de silence persistant, de blanc, presque.

J’avais l’impression de ressentir son manque, et c’était très déroutant.

PS : entre ça et The Vampire Diaries, avez-vous remarqué que Mystic Falls semble être une ville plutôt prisée pour les histoires fantastiques ?

Capture d_écran 2017-11-07 à 13.48.02

3.5


8 réflexions sur “Chronique : Frisson de Maggie Stiefvater

  1. J’adore les romans de Maggie, je trouve qu’elle a une manière très spéciale d’aborder la magie et de développer ses personnages! Jusqu’à présent, je n’ai jamais été déçue (bon ok, j’ai eu quelques petits problèmes avec le dernier tome du Raven Cycle mais bon…) 🙂

    Du coup, ça ne t’étonneras pas si je te dis que je l’ai également dans ma PAL haha! J’ai lu plusieurs revues disant que ça ressemblait à Twilight (côté loups), mais je n’y crois pas trop! C’est pas vraiment dans la branche de l’auteure de copier comme ça ^^

    J'aime

    1. Franchement je n’ai pas lu Twilight alors je vais uniquement me baser sur les films ce qui n’est pas forcément bien mais bon : aucun rapport. Déjà les loups sont basés sur la température et ne peuvent pas se transformer ou se détransformer quand ils veulent donc bon ! Après j’ai beaucoup aimé jusqu’au moment où (ça m’arrive souvent) je me suis rendue compte qu’il ne se passait pas tant de chose que ça ! Après j’aime beaucoup son écriture !

      J'aime

      1. Ouais bah t’as rien raté xD
        Avec Maggie Stiefvater, la lenteur des histoires ne me dérange pas tant que ça, elle a truc, je n’arrive pas à mettre le doigt dessus 🙂

        J'aime

      2. Bon je pense que la lenteur m’a marqué parce que c’était la troisième fois que je lisais le tome (en fait à chaque fois je le relis parce que je veux finir la saga mais je veux que ça soit frais et j’oublie et rebelote ^^)

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s