Chronique : Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

Capture d’écran 2019-02-18 à 13.07.43

Amazon

https://amzn.to/2S9Hcxh

résumé

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut de la tour du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la «bête curieuse» de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases «d’éveil» où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais, neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissé submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante : l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

 

monavisUn roman coup de poing.

J’ai commencé mon Week – End à 100 en terminant Tous nos jours parfaits que, même si je l’ai adoré, j’ai mis du temps à lire à cause de mon déménagement d’Allemagne vers la France. Maintenant que je l’ai fini, je peux affirmer que ce roman est une surprise dans tous les sens du terme et que c’est un uppercut en pleine face.

Non seulement l’écriture est parfaite (ni trop ni trop peu), mais l’histoire en elle-même est extrêmement touchante, intéressante, mais encore plus : elle est importante. Le récit est bien construit, les personnages sont profonds. L’autrice n’essaie pas de faire dans la dentelle, mais elle ne tente pas non plus de nous faire sortir la larme juste pour le plaisir de le faire.

Une nouvelle manière de voir les choses.

À travers ses personnages, leur vie et leurs réactions, Jennifer Niven nous montre une nouvelle façon d’appréhender les choses qui peuvent arriver autour de nous. Qu’elles soient positives ou négatives. Elle essaie tant bien que mal de nous aider à nous remettre, en nous donnant un coup de pied au cul, mais en essayant quand même de ne pas trop nous faire culpabiliser. Elle nous met face à nos contradictions et nous montre que, malgré tout ce qui arrive, on peut essayer de faire quelque chose. De tirer du positif (plus facile à dire qu’à faire parfois, il faut bien l’avouer).

citation

Et les personnages ?

Je les ai bien aimé, même si il n’y a pas eu de coups de cœur comme j’ai pu avoir avec Kestrel dans The Curse ou Paul d’A thousand pieces of you etc. Ils sont bien faits, et leurs sentiments sont assez bien décris pour qu’on puisse les vivre avec eux. Il y a d’ailleurs eu des fois où je me retrouvais complètement happée par une pensée ou une narration/constatation tellement elle résonnai en moi.

En revanche, je n’ai pas vraiment été sensible aux citations de Virginia Woolf, ni à certaines phrases qui, je pense, se voulaient un peu chocs ou belles et qui ont fait un petit flop dans ma marre de sentiments.

Des sujets importants sous couvert de la romance ?

Parce que tous nos jours parfaits, ce n’est pas qu’une romance entre 2 adolescents un peu perdus. Tous nos jours parfaits, ça parle de mort, de dépression, de bipolarité, de perdition, harcèlement. Autant de sujets importants, graves et qu’il faut prendre au sérieux avec, en trame de fond, une petite romance histoire d’essayer d’alléger le tout et de rendre le roman plus vendeur, peut-être.

ATTENTION SPOIL !

À partir d’ici et jusqu’à la fin de cette chronique, je vais spoiler car j’ai besoin de parler de la fin de ce roman avec vous qui m’a complètement chamboulée.

Non, je n’ai pas pleuré, je n’ai pas non plus ressenti de désespoir comme ça m’est déjà arrivé. Cependant, j’ai été vraiment touché par cette fin. Par le fait que, parfois, tout ne peut pas se finir bien. Par le fait que parfois, on ne peut pas retenir les gens, même si on le souhaite très fort. Par le fait que parfois, la phrase « il est mieux là où il est » n’est pas qu’une phrase de consolation mais un fait.

Rien ne laissait présager la fin dans la quatrième de couverture, et même si je sais que j’aurais pu la deviner au fil des pages, j’ai été tellement habituée aux fins heureuses que cette fois, ça m’est un peu tombé dessus sans crier gare.

En tout cas, même si Tous nos jours parfaits n’est pas un coups de cœur, il restera un livre que j’ai beaucoup apprécié et que j’ai trouvé doux, malgré les violences qu’il met en évidence.

Note tous nos jours parfaits


2 réflexions sur “Chronique : Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s