Chronique : Dry de Neal & Jarrod Shusterman

capture d_écran 2019-01-05 à 13.58.13

Amazon

https://amzn.to/2AGlCuH

résumé

Avez-vous déjà eu vraiment soif ?
La sécheresse s’éternise en Californie et le quotidien de chacun s’est transformé en une longue liste d’interdictions : ne pas arroser la pelouse, ne pas remplir sa piscine, limiter les douches…
Jusqu’à ce que les robinets se tarissent pour de bon. La paisible banlieue où vivent Alyssa et sa famille vire alors à la zone de guerre.
Soif et désespoir font se dresser les voisins les uns contre les autres. Le jour où ses parents ne donnent plus signe de vie et où son existence et celle de son petit frère sont menacées, Alyssa va devoir faire de terribles choix pour survivre au moins un jour de plus.

monavis

Et si on se retrouvait à court d’eau du jour au lendemain pour une durée indéterminée ?

C’est le principe de Dry et de l’intrigue principale avec le Tap-Out qui laisse la population Californienne avec une pénurie d’eau, dans le désarroi le plus total.

Plus rien ne marche, la douche, les toilettes, les robinets; et les magasins sont pris d’assauts, laissant place – comme dans tout roman / film apocalyptique – à beaucoup d’incivilités et de violence, surtout à partir du moment où les gens comprennent réellement que l’eau n’est pas prête de revenir.

Et c’est à ce moment là qu’on commence à vraiment avoir peur pour nous-même, derrière notre roman, qu’on agrippe à sa bouteille et qu’on la descend presque d’une traite alors qu’à la base, on n’avait pas vraiment soif.

Des personnages diversifiés et travaillés.

Ici, on n’est pas dans le cliché des protagonistes habituels quand il s’agit de Young Adult & de romans dystopiques, bien au contraire.

On se retrouve avec des personnes qui évoluent tout au long du livre par choix ou par nécessité. Qui se forgent un nouveau caractère et qui prennent des décisions qu’elles n’auraient probablement pas prise avant le Tap-Out.

Cependant, si j’ai apprécié Alyssa, Kelton et son frère – j’ai un peu moins apprécié Jacqui et les autres – je ne me suis pas énormément attachée à eux. Juste ce qu’il fallait pour être tenue en haleine mais sans plus.

Je ne sais pas si c’était parce qu’il y en avait pas mal (on suit au moins 3 personnages régulièrement, 2 un tout petit peu moins fréquemment mais quand même, et quelques autres pendant 1 ou 2 chapitres), ou juste qu’ils me laissaient indifférente.

Quatre mains qui n’en paraissent que 2 !

Je n’ai fait aucune différence entre les passages de Neal et de Jarrod – c’est le principe de base, je sais, mais il n’est pas toujours bien réussi. La plume du père comme du fils est dynamique et légère. Ici, on peut dire que le talent est de père en fils !

On voit tous les dessous du manque d’eau. Pas seulement la soif, mais le fait de vouloir aller prendre une douche et se rendre compte en tournant le robinet que l’eau ne coulera pas, le fait de vouloir faire chauffer des nouilles et de ne pas pouvoir. Bref, toutes ces petites choses qu’on fait par automatisme et au quotidien.

On est pris dans l’histoire sans pouvoir en sortir et, comme je le disais plus haut, je crois n’avoir jamais autant bu de ma vie en lisant un roman qui m’a presque rendue parano.

Citation - Dry

Un éveilleur de conscience écologique ?

Je pense que Dry fait parti de ces romans Young Adult qui peuvent aider les jeunes et les moins jeunes à changer leur manière de penser et d’agir dans la vie en général.

Sous couvert d’être pour les adolescents, Dry fait réfléchir et, si cela faisait déjà parti de mes résolutions de 2019 de réduire mes déchets et mon gaspillage en général (eau, papier, achats inutiles etc.), j’ai encore plus décidé d’agir avec ce roman.

Il m’a fait (re)prendre conscience de ce que je devais et ne devais pas faire. La logique est revenue peu à peu dans mon esprit, mettant à la poubelle (pas toutes évidemment, c’est un travail de longue haleine) mes habitudes toutes françaises de laisser couler l’eau durant le shampoing, le brossage de dents ou le lavage de vaisselle (pas tout le temps, rassurez-vous). De recycler plus ou moins sérieusement, de laisser les lumières allumer etc.

Je sais que je sors quelque peu de la chronique en tant que telle mais, même si avant de roman j’étais déjà au courant de ce que je pouvais améliorer et que je tentais de le faire au mieux, je fais encore plus d’efforts dorénavant.

Je pense donc que c’est un livre à lire et à faire lire, pour permettre aux gens qui n’ont pas forcément envie de lire ou de visionner tout un documentaire qui démontre par A + B que la planète va mal de prendre conscience que ce roman n’est pas forcément pure fantasy et qu’il pourrait devenir réalité si on ne fait pas attention à notre consommation.

Un bémol parce qu’il en fallait un !

Je dirais la fin. Elle n’est pas mauvaise en soi, et je l’ai bien aimé. Le seul soucis que j’ai rencontré et que, selon moi, elle est trop belle et presque trop Bisounours à mon goût, étant donné la catastrophe qui vient de se dérouler. Ce sera peut-être un souci mineur pour certain mais moi ça m’a tout de même un peu dérangé.

Il n’empêche que s’il n’est pas un coup de cœur, je le mets dans les pépites qui ont le pouvoir de faire réfléchir et d’aller au delà de la simple détente livresque !

 

Note - Dry


5 réflexions sur “Chronique : Dry de Neal & Jarrod Shusterman

  1. Coucou ! J’ai fini il n’y a pas longtemps Dry et je lui ai trouvé pas mal de points négatifs (dont la fin). Mais comme toi, je trouve qu’il peut ouvrir les yeux à certains et les faire réfléchir. Personnellement, je n’ai jamais laissé coulé l’eau que ce soit sous la douche ou en me brossant les dents mais je sais que beaucoup ne le font pas et qu’il faudrait que ça change ! Bref, bonne année!

    J'aime

    1. Hey ! Heureuse de voir ton avis ! J’ai aussi eu un peu de mal avec la fin comme je l’ai dit dans la chronique (trop heureuse / bisounours et peu réaliste à mon goût compte tenu de l’ambiance de base) mais j’ai quand même adoré !

      Je n’ai jamais trop laissé coulé l’eau mais j’avoue qu’en général je ne suis pas la plus écolo du monde (je roule beaucoup, utilise pas mal de papier & pas mal d’électricité aussi vu que je joue beaucoup aux jeux vidéos, entre autre ^^) mais j’aime ce genre de livre qui nous fait réagir et penser 🙂

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s