Chronique : Once and for all de Sarah Dessen

Capture d’écran 2018-06-22 à 10.50.59.png

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.40.58

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.35.11

Les happy ends, ça n’existe pas…
À en croire le poète,  » il vaut mieux avoir connu l’amour, quitte à le perdre, que n’avoir jamais aimé du tout…  » Louna, dix-sept ans, est loin, bien loin, d’en être si sûre – et quand on connaît son histoire personnelle, difficile de le lui reprocher. Ironie du sort, elle qui a appris à la dure que les happy ending, c’est pour les autres, passe son dernier été après le lycée à jouer… les assistantes wedding planners aux côtés de sa mère.
De mariages désarmants d’émotion en désastres organisationnels, de témoins qui font leur diva en belles-mères obsédées du détail, Louna va devoir se confronter au cynisme de sa mère, aux pitreries de ses collègues d’un été, au souvenir obsédant d’une nuit parfaite, un an plus tôt à peine, qui la ronge comme l’acide un peu plus chaque jour… Il lui faudra sortir, à l’autre bout du tunnel, vainqueur, qui sait, des obstacles grands et petits que le destin a placés devant elle.
Un roman de Sarah Dessen n’est jamais, jamais une déception. La reine de la fiction young adult s’attaque au petit monde des wedding planners avec la mastria jamais démentie qui fait dire d’elle a tout le milieu littéraire aux États-Unis que c’est, ni plus ni moins, une rock star. Émotion à fleur de peau et regard acéré sur les choses : venez savourer en sa compagnie une gourmandise à nulle autre pareille…

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.36.34

Il faut que vous lisiez ce livre, une bonne fois pour toute !

Once and for all, c’est le petit nouveau de Lumen (enfin, un des petits nouveaux parce que je pense qu’on peut dire que cette maison d’édition a plutôt le vent en poupe en ce moment et est pas mal efficace).

C’est donc après ma lecture enchantée de The Kiss que je me suis mise en quête d’un nouveau livre. Et pour être certaine de ne pas être déçue et de ne pas faire le parallèle (parce que cette trilogie a été un véritable coup de foudre), je me suis dis qu’il fallait que je change complètement de genre.

Once and for all avec sa romance contemporaine m’a donc parue une bonne idée. Et je vous le confirme dès maintenant.

Des personnages originaux et qui font tout le récit !

Si vous me connaissez un peu, vous n’êtes pas sans savoir que je m’attache rapidement et énormément aux personnages. C’est parfois même comme si on était des membres de la même famille, eux et moi (pour certains). Du coup, j’ai beaucoup de mal – voire même je ne peux pas – lire un livre quand les personnages ne me transmettent aucun sentiment positif.

Premièrement, j’ai adoré Louna qui est une protagoniste intéressante, touchante et bien recherchée. Elle est nuancée mais sûre de ses choix, jusqu’à ce qu’ils soient bouleversés, alors son côté cartésien rentre en scène et elle nous montre toute l’amplitude de la réflexion dont elle est capable.

J’ai évidemment aussi beaucoup aimé Nathalie (sa mère) et William (son parrain / ce qui se rapproche le plus de père) qui sont plutôt comiques à leur manière.

Mais ce roman ne serait pas Once and for all sans Ambrose que j’ai trouvé imbuvable au début. Sûr de lui, arrogant et presque un peu odieux, il était tout bonnement impossible. Et puis au fur et à mesure du roman, je l’ai vu évoluer et il a fini par me rallier à sa cause en me faisant passer des larmes au rire.

Âmes sensibles, attention à ne pas être en public, danger imminent de larmes grosses comme des maisons !

Ce roman est extrêmement touchant, je ne m’attendais clairement pas à ça en l’achetant. J’avais lu le résumé évidemment, mais je pensais plutôt tomber sur un livre feel good ou je me prendrais une bonne tranche de rigolade (fait grâce à ce cher Ambrose).

Mais quand on passe à la partie Ethan – Louna… là ça devient dur, très dur. J’ai été prise de maux de ventre sachant ce qui allait / ce qui était en train de se passer.

L’auteure ne fait pas semblant, elle n’instaure pas de suspens sur cette histoire et pourtant ce n’en est que plus déchirant car on sait. On sait tout et on refuse de l’admettre. On se contente de lire, de voir les choses arriver, inévitables, impuissants, remplis de désespoir, mais on ne peut rien faire.

Du rire, des larmes, du bonheur.

C’est ce que je garderais de ce roman. Car clairement, j’en sors enchantée, mais il m’aura faite passer par toutes les émotions.

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.38.05

Capture d_écran 2018-05-28 à 13.49.10

Capture d_écran 2018-05-28 à 14.10.31


8 réflexions sur “Chronique : Once and for all de Sarah Dessen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s